Histoire

Botanique

 

La trigonelle (Trigonella foenum graecum L.), nommée en bref "fenugrec", a un grand passé et était déjà très prisée durant l'Antiquité pour ses propriétés salubres. Dans les anciens textes et la littérature moderne, l'on trouve par exemple des références sur la poudre des graines de fenugrec, utilisée entre autres pour renforcer les cheveux et contre les irritations de peau.

 

Sous l'empereur Shin-nong, 3.700 ans av. J.-C., les graines de trigonelle furent utilisées en Chine. En passant par l'Inde (des indices se trouvent par ex. dans les noms indous du Sanscrit = la plus ancienne langue de la littérature hindoue), l'Arabie et la Perse, les plantes arrivèrent en Égypte, où elles faisaient partie des plantes anciennes les plus salubres, étant déjà mentionnées dans les formules du Papyrus Ebers, environ 1550 ans av. J.-C. Les graines furent aussi trouvées comme cadeau déposé dans le tombeau de Toutânkhamon. Les brins frais de la plante étaient consommés en Égypte comme légumes. Dans l'Antiquité grecque, la plante était nommée " trèfle de philosophe ", étant donné que les messieurs de cette profession avaient l'habitude d'en mâcher les graines. Les graines de fenugrec sont également mentionnées dans les écrits des Hippocrates au 5ème et 6ème siècles av. J.-C. et dans ceux d'Hippocrate de la Grèce antique.

Rendue fameuse par Hippocrate, la trigonelle a également eu du succès auprès de Romains. Au Nord des Alpes, les moines bénédictins s'efforcèrent de l'introduire dans les jardins du monastère et le " Capitulare de villis " (rédigé vers 795 par Charlemagne) recommanda voire ordonna sa culture. Ses graines connurent ensuite aussi un grand succès sur nos terres, comme par exemple auprès de la Sainte Hildegard de Bingen au 12ème siècle en tant que " Fenugræcum " et auprès d'Albertus Magnus au 13ème siècle. Elle est également mentionnée par Paracelse au 15ème siècle.

Les graines étaient employées tant pour l'application interne qu'externe. Les graines de fenugrec ont toujours été connues comme produit de beauté pour les femmes, éliminant entre autres les impuretés de la peau et la rendant aussi plus jeune. Elles étaient également censées aider contre les pellicules à travers un frottement extérieur et favorisaient la croissance des cheveux.

   Vers le haut
 

La trigonelle est une plante annuelle de la famille des papilionacées. Du long pivot en forme de toile d'araignée ressort une tige de 30 - 60 cm de hauteur à trois pétales au niveau des branches. Les papilionacées de taille moyennes, jaunâtres ou blanches jaunâtres se trouvent seules ou à deux, sessiles au niveau des axiles foliaires. Les fleurs étant souvent survolées d'abeilles et de bourdons, la trigonelle est ainsi considérée comme " herbage d'abeilles ". La cosse devient longue de 7 à 12 cm et large de 4 à 10 mm. Elle est formée de graines plates, d'un nombre allant jusqu'à 20. Celles-ci ont une forme rectangulaire irrégulière et sont dotées de très petites racines nettement décalées, présentent une coloration marron verte, marron jaune, voire même rouge marron et sont très dures. La cosse des graines a une forme de croissant et rappelle les cornes d'un bouc, ce qui explique le terme allemand " Bockshhornklee " pour trigonelle.

Dans les pays de la Méditerranée, elle se trouve dans la nature. Chez nous, elle existe comme plante cultivée et plante fourragère. Elle se cultive aussi en Afrique du Nord, en Inde, en Ukraine, en Chine, en Iran, au Pakistan, en Asie mineure et en France.

   Vers le haut